• Papili, une entreprise différente

  • Papili, une entreprise différente

    « Acheter chez Papili, c’est vouloir acheter autre chose pour son enfant. Bien que les produits soient parfois un peu plus cher, il faut savoir que l’on achète responsable. C’est un investissement pour l’avenir, pour nos enfants et les enfants du sud. Ce n’est pas facile mais on ne peut pas dire que cela soit un opération commando. » Fondatrice de Papili, Lucile Bernadac dit s’être associé à de grandes enseignes pour toucher un plus large public mais surtout « pour avoir des audits sur le terrain et posséder cette légitimité. Pour agir sur le terrain, il faut le connaître. C’est pour quoi nous nous rendons régulièrement auprès de nos producteurs afin de comprendre leur besoins réels. »

    Une lutte « sportive »

    Un des projets actuel de Papili est de réglementer les filières de coton africaines. Une lutte établie sur plusieurs fronts : tout d’abord empêcher les différents lobby du marché des OGM à s’implanter dans la région de la ceinture verte africaine. Grâce à leur démarche, appuyée par les ONG travaillant dans le secteur, le gouvernement sénégalais a déclaré la région de « Zone verte, sans OGM » au début de l’année 2009. Une grande victoire après un combat « hautement sportif » selon Lucile. Un autre problème compliquait le commerce de « l’or blanc » en Afrique : il n’existait aucun statut concernant la graine de coton. La fleur et la graine de coton sont séparées après la vente. L’acheteur gardait la fleur pour le tissage et revendait la graine au paysan. « Les sociétés de transformations profitait ainsi des producteurs locaux, explique Lucile. Désormais, un contrat passé avec le Sénégal devrait résoudre ce problème. »

    Un commerce autonome

    Papili souhaite également permettre aux producteurs locaux de lancer un commerce autonome. Aujourd’hui, la transformation du coton ne s’effectue pas en Afrique. Bénéficier des compétences pour la confection entière du coton permettrait de relancer l’économie du coton. Les femmes pourraient alors intégrer la filière en participant à toutes les tâches de transformations : filature, tissage et confection. Pour y parvenir, Papili essaie de revenir à un mode de fabrication traditionnel qui permettrait de s’implanter sur le marché locale.

    Boutique en ligne Papili

  • Commentaires sur l'article :

  • Papili, une entreprise différente posté le 13 octobre 2010 par pierre
    A titre d info :je viens a vous pour vous signalé un discoure très limite et trompeur d une maman qui est la créatrice de PAPILI donc certain comportement laisse des doute sur sont honnêteté :ex : une qualité sociale, de beaux projets humains , des revenus décents et garantis pour les petits producteurs de coton, cela est très beaux , mais a ce jours ,elle est redevable d une certain somme a son bailleur ( voir des milliers d euros ) de leur résidence pour non paiement des loyers , je pense que avant de vouloir faire du commerce bio et éthique , elle devait s acquitté de sa dette et non vivre sur le dos de pauvres gens. Désolé , c est juste pour vous signalé a qui vous avez a faire

    Papili, une entreprise différente posté le 31 octobre 2010 par Guy
    initiateur d’un projet en Guadeloupe pour apporter une alternative solidaire aux propriétaires terriens et agriculteurs suite à l’abandon et vente des terres agricoles polluées par la chlordécone. désertification agricole et économique. Je suis très sensible à ces projets qui permettent de démontrer que ce sont les petites actions solidaires de développement qui ont crées les richesses du monde. les reportages de nouveau monde est de tout important et utile j’aime votre idée et votre télévision. Mais l’homme moderne doit remarcher sur ses pieds car des régions entières sont laissées exsangues après l’utilisation abusive de la matière première l’homme en premier et les ressources naturelles. ISOPE & SEL est une initiative solidaire pour la protection de l’environnement et de service économique local. SEL est aussi le concept échange libre entre les propriétaires qui ont sur leurs terres des fruits et légumes qui pourrissent naturellement car trop nombreux en saison et les glaneurs de terroir pour abonder un point terroir. en instance de voir le jour en novembre 2010. Solidairement votre Guy LE BLANC 0590 98 8117 pseudo skype guyleb971


Soutenez-nous ::  Contactez-nous ::  lien vers site spip ::  lien vers flux rss ::  connexion
Mentions légales - Copyright © 2008 Nouveaux-Mondes Tous droits réservés.